Adyghee Le salon littéraire de l'ivresse des mots

20 novembre 2016

Le vendeur de sari - Rupa Bajwa

9782290087084FS

Quatrième de couverture :

Orphelin depuis l'âge de 6 ans, Ramchand est un jeune vendeur de sari dévoué qui passe ses journées à rouler et dérouler des kilomètres d'étoffes à l'intention des femmes aisées d'Amritsar.

Eprouvant en secret une immense honte face à l'éducation de ces riches clientes, il fait un jour l'acquisition de deux grammaires anglaises, et se prend à rêver d'une vie meilleure. Ainsi armé, il aspire à changer l'ordre établi. Mais ces efforts, en lui ouvrant de nouveaux horizons vont le confronter à l'injustice et à la cruauté du monde. 

Editions : J'ai Lu - ISBN : 978 2 290 08708 4 - Poche 286 pages - Prix : 6,70 € 

Mon ressenti : Indiangay

L'univers de Ramchand tourne autour du magasin de saris ou il est vendeur depuis de nombreuses années et sa chambre sordide située dans un quartier populaire et populeux d'Amristar.

Bien que les vicissitudes de la vie ne l'aient pas épargné  -orphelin à 6 ans, recueilli par son oncle plus soucieux de s'accaparer son héritage que de son éducation, puis chassé à 15 ans à la mort de celui-ci, par son épouse  qui ne pouvait continuer à assumer sa charge. Conscient de la chance d'avoir trouvé du travail, il se satisfait de la routine qui s'est peu à peu installée, même si une certaine lassitude le gagne.

Sa seule distraction est d'aller au cinéma, le dimanche avec ses copains qui sont également des "sari-walla" dans le même magasin. Un jour son employeur lui demande d'aller au domicile d'une des familles les plus riches de la ville pour présenter des saris  devant constituer le trousseau de mariage de la fille ainée en passe de se marier prochainement. L'occasion pour lui  de sortir enfin du quotidien, de s'évader et de "pénétrer" dans le monde des privilégiés  indiens. Stupéfait, il y découvre le paradis, la beauté  des choses.

Ce sera un déclic qui se prendra à rêver d'une vie meilleure. Afin de s'élever socialement et conscient que l'instruction en est la base (lui qui sait à peine lire), il acquiert une vieille grammaire anglaise, afin de connaître des mots et leur sens pour accéder plus facilement à la lecture. Il étudiera consencieusement et laborieusement, le soir après son travail, pour faire honneur à son père qui souhaitait l'inscrire dans une école anglophone.

Quelque temps plus tard Ramchand est dépêché par son employeur, au domicile d'un de ses collègues  absent depuis plusieurs jours sans explication. Il y découvrira un univers encore plus sordide que le sien, où règne la misère et la crasse, la violence et l'injustice..

Cette visite le marquera durablement au point qu'il finira dans un accès de folie par s'en prendre à son employeur et ses collègues de travail. Mais comme tout à une fin et parce qu'il a eur de perdre  le peu de sécurité matérielle qu'il a, il finira par faire amende honorable, allant jusqu'à s'humilier et tomber à genoux devant son employeur se faire pardonner. Il sauverera ainsi son emploi et retrouvera  l'estime de tous les sari-walla.

J'ai adoré ce livre qui dépeint fort bien les clivages sociaux de la société indienne moderne. Le grouillement des villes indiennes, le fossé qui sépare les riches commerçants d'une part et les intellectuels non fortunés de l'autre. Rina jeune fille moderne va épouser un militaire et non un riche marchand. Elle se veut être une passerelle entre ces deux mondes.

Car en Inde, quelle que soit la ville, être pauvre est considéré comme une tare. La position sociale d'une famille est sujet à bien des rivalités et la préparation d'un mariage une façon d'étaler ses richesses, idem le gaspillage  et l'inévitable gaspillage des mets qui résulte d'un buffet sont une véritable insulte à la pauvreté de la majorité.

Et puis, il faut bien le dire, la fierté des humbles  d'être invités à des festivités organisées par des notables. L'émouvante admiration des gens du peuple pour tout ce qu'il trouve beau : une carte de visite imitation en papier glacé, des maisons avec des véritables portes et fenêtres, des parcs, des jardins, des piscines avec de l'eau bleu comme sur des catalogues, le tout avec vu dégagée sans détritus et foule grouillante, vulgaire et criarde. Toute ces obséquiosités dont les pauvres font preuve avec les riches les conforte dans l'idée qu'ils leur sont supérieurs.

 

Posté par Indiangay à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


18 novembre 2016

La compagnie des Tripolitaines - Kamal Ben Hameda

la_compagnie_des_tripolitainesQuatrième de couverture :

A Tripoli, dans les années soixante, on fête la circoncision du narrateur. Pourtant le jeune garçon ne peut se résoudre à quitter le royaume régi par sa mère et ses amies, Fella la « mangeuse d’hommes », Nafissa qui fume et qui boit, Jamila la sensuelle… Toute tripolitaines d’origine arabe, berbère, africaine, italienne, juive.

De ses errances d’une femme à l’autre, dans une société où l’on ne mâche pas ses mots et où le regard porté sur les hommes est sans concession, le petit mâle en devenir forge sa sensibilité. C’est un monde débridé et puritain, une Lybie hors temps qui s’exprime dans cette ronde de portraits de femmes.

Au-delà des contraintes de la bienséance, comme dans l’intimité d’un gynécée, explosent leurs bravades et leurs malices, leurs vengeances et parfois leurs révoltes.

Editions : Elyzad - ISBN : 978 9973 58 034 7 - Pages :109 - Prix : 14,90 euros

 

Critiques de Marina Da Sylva, le Monde  Diplomatique :

Kamal Ben Hameda revient de loin. D’un monde clos et ourlé d’interdits. Où la première ligne de barbelés est celle qui sépare le monde des hommes et celui des femmes.

 

Mon avis : Indiangay

A travers ce livre, j’ai pu constater combien l’Orient musulman et juif peut être proche du monde indhu. J’y ai retrouvé  parfaitement décrits tous les privilèges dévolus comme naturel aux hommes et les obligations et contraintes réservées aux femmes, dont je dois l‘avouer je n‘ai pris conscience qu‘à mon installation en Europe tellement ces traditions sont ancrées en nous.

Je me suis revu petit garçon élevé par des femmes (mère, aya, grand-mère) toujours dans les bras (et dans les jambes) des unes et des autres, enfant roi puisque mâle, fils unique et doublé du titre d’hétitier, paré de toutes les vertus avérées, pressenties et/ou imaginées.

L’auteur est non seulement fin observateur, mais fin rapporteur. Rien ne lui échappe et c’est avec émotion que j’ai renoué avec ce monde, qui se veut clos et hermétique à la gente masculine. Ce monde de femmes qui se racontent, inaccessible, secret, et qui a toujours fasciné l‘Occident.

Ce livre est plein de confidences, de femmes mais également de souvenirs, de sentiments et d'émotions d'un petit garçon qui découvre le monde qui l'entoure. 

Posté par Indiangay à 19:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 octobre 2016

Olam - Mark Zborowsky et Elisabeth Herzog

49315751_p"Ami lecteur, la ville des petites gens où je te mène se trouve juste au centre de cette "zone bienheureuse" ou l'on a entassé les juifs les uns sur les autres, comme des harengs dans un tonneau, en leur ordonnant de croître et de prospérer... Cachée dans un coins loin, très loin, isolée du monde, cette ville est assise, telle une orpheline, rêveuse, ensorcelée, repliée sur elle-même. indifférente aux bonnes choses que les hommes se sont donnés la peine de créer et pour lesquelles ils ont trouvé des noms tels que "culture", "progrès", "civilisation". Ainsi parle, et avec humour, Chalom Aleichem, le grand écrivain.

Olam : une oeuvre exceptionnelle qui sera lue par les juifs français avec une immense nostalgie, une langue précise, sans emphase, une volonté d'être compris de tous. Le lecteur est plongé au sein d'une de ces centaines de bourgades d'Europe centrale où le peuple juif a vécu pendant cinq siècles en marge des peuples Polonais, Austro-Hongrois et Russe. Civilisation du passé ; la haine nazie l'a détruite dans l'horreur.

L'existence de ces millions de juifs était essentiellement sous le signe de la tradition biblique, l'ordre divin décidanT des moindres faits et gestes. Le peuple du shtetl, civilisation du livre et du verbe, a privilégié, quelles que fussent les circonstances, l'étude de la Torah. Femmes et travailleurs, en cette société pyramidale, hiérarchisée, acceptaient leur indigence. Ils savaient que les meilLeurs de leurs fils étudiaient la parole sacrée dans l'entourage de rabbis, parfois charismatiques.

Ce livre est actuel. Tout ce que l'on voit s'affirmer dans le monde juif contemporain, ses contradictions, préexiste dans ces petits shtetl. Les cours des tsaddikim hassidiques, l'humour yiddish, perpétué par les Marx Brothers et Woody Allen ; jusqu'au Bund et au sionisme, réaction d'opposants au shtetl, partis vivre dans les villes à l'écart de ce corset religieux aux règles rigides. Le shtetl est une microcosme de la judéité ashkénaze dont on sait le rôle pionnier en Israëll avec la branche allemande.

Olam est aussi la rue juive : vivre ensemble, les fêtes, les marchés, les cris des mères, les querelles domestiques, la peur continuelle enfin du pogrom.

Posté par chezVolodia à 18:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 août 2016

De l'Aube au crépuscule de Rabindranath Tagore

 

9782757812075

Quatrième de couverture :

"Je suis parvenu aux confins

de l'éternité où rien ne

peut se dissiper - ni l'espoir,

ni l'extase, ni la vision

d'un visage entrevu derrière les larmes"

 

Les poêmes de Rabrindranath Tagore sont autant de prières et de dialogues avec le divin. Ils célèbrent la vie, malgré les tragédies qu'elle engendre, et magnifient un monde en constant changement de couleurs, de sons et d'harmonies.

L'accessibilité de ces vers, leur portée spirituelle, situent l'oeuvre de Tagore au croisement de la poésie lyrique et des grands textes de la sagesse orientale.

 

Editions : Points - ISBN : 9 782757 812075 - Poche : 108 pages - Prix : 6,80 €

 

Mon avis : Indiangay

La traduction de ces poêmes est telle, qu'à mon sens, elle en altère le lyrisme rythmique, le naturel méditadif et la contemplation philosophique.

 

téléchargement

A propos de l'auteur :

Rabindranath Tagore, est non seulement un des plus grands sinon le plus grand poête indien, mais également un gourou très respecté et recherché.

Né en 1861, mort en 1941, Rabindranath Tagore  publia des romans, des récits, des essais en plus de ses très nombreux poêmes. Il était aussi compositeur, dramaturge, acteur, peintre et philosophe. Le rayonnement universel de son oeuvre lui valut le Prix Nobel de littérature en 1913. 

Posté par Indiangay à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 juin 2016

Le faste des Morts - Kenzaburô Ôé

9782070347391

Quatrième de couverture :

Les trois nouvelles qui composent Le faste des morts appartiennent à la première période littéraire de Kenzaburô Ôé. Il avait alors une vingtaine d’années, et était à peine plus âgé que les personnages qu’il met en scène.

Ces jeunes, et moins jeunes, antihéros, confrontés à une situation extrême, réelle ou métaphorique, subissent la violence sous ses diverses formes : la mort, la nausée, la mauvaise foi, la manipulation, la culpabilité.

Dans une morgue, une maison de redressement, une famille en décomposition, un lycée ou un groupuscule d’extrême droite, les rapports de force, l’humiliation, la fascination et la domination sexuelle et politique règnent et brouillent l’univers mental des jeunes antihéros.

Ces textes de Kenzaburô Ôé donnent à voir l’œuvre à venir, dans sa richesse, et sa cohérence. Il n’a alors que vingt-deux ans et fait preuve d’une maîtrise surprenante, associée à une véritable vision du monde.

 

Editions : Folio – ISBN : 978 2 07 034739 1 – Poche 195 pages – Prix : 7,10 €

 

Mon avis : Indiangay

Le faste des morts :

Met en scène deux jeunes étudiants, le garçon en littérature, la fille ? qui pour gagner quelque argent ont répondu à une annonce de l’université de médecine, pour un travail d’une journée, un peu particulier : Il s’agit de déplacer des cadavres destinés à la dissection, d’une cuve de formol à une autre plus récente, certains y baignant depuis plusieurs années.

Ces jeunes gens sont soumis à l’autorité du vieux gardien de la morgue qui leur apprend comment manipuler les cadavres sans trop de dommages, et qui n’hésitent pas à les rabrouer s’ils posent trop de questions et/ou se montrent maladroits. La fille enceinte devant étiqueter les morts avec de nouveaux numéros, qu’elle doit leur fixer à la cheville, et le garçon à l’aide d’une longue perche, doit les rapprocher du bord de la cuve initiale pour les transborder dans l’autre cuve.

Une fois cette corvée terminée, arrivent des employés de pompes funèbres qui leur dit que leur travail n’a servi à rien, les morts devant être incinérés. Qu’il s’agit d’une erreur du secrétariat. Survient pour les jeunes gens l’angoisse de savoir s’ils malgré cette erreur ne leur incombant pas, ils vont pouvoir être payés pour les heures effectuées ou bien s’ils vont « discuter » pour avoir gain de cause.

L’intérêt de ce récit en soi très original, est dû à la description de ces morts qui apparaissent et/ou disparaissent dans les profondeurs de la cuve, selon leur degré d’ancienneté, laissant apparaître pour les uns, leurs têtes qui s’entrechoquent, qui semblent se parler, se répondre, pour les autres certaines parties de leurs corps, paraissant douées d’une vie propre.  En lisant ce récit on s’imagine fort bien se trouver nous-même devant cette vision d’horreur avec ces miasmes flottant dans l’espace.

 

Le ramier :

L’action se déroule dans une maison de redressement. Elle met en exergue la situation des jeunes garçons qui, en raison des conditions particulièrement dures d’internement passent de victimes à bourreaux en tuant, par plaisir et pour affirmer leur domination sur les nouveaux, les plus faibles, de petits animaux.

Dans ce récit sont parfaitement évoqués, de manière assez crue – mais c’est souvent le propre des livres écrits par des japonais – toutes les caractéristiques du genre : brimades et sadismes des éducateurs, désirs sexuels assouvis par ces jeunes après d’autres jeunes plus graciles, plus faibles, soumis. Dans cet univers, seule la loi du plus fort règne et est respectée par tous !

 

Seventeen :

Relate l’histoire d’un jeune homme de 17ans, mal dans sa peau, qui se cherche obnubilé par son corps et se livrant à l’onanisme, qui finit après une réunion politique ou il s’était rendu pour faire la « claque », par être subjugué et par adhéré à une idéologie d’extrême droite, dans laquelle il finira par trouver sa voie.

Il semblerait que cette dernière nouvelle aurait dû être suivie d’une deuxième partie toutefois, cette histoire étant tirée de faits réels et Ôé s’étant vu menacé de mort, la rédaction due présenter des excuses et Ôé décida de ne plus jamais publier la deuxième partie de ladite histoire.

De ces trois nouvelles aucune n’a de fin caractérisée, le lecteur est libre de l’imaginer selon ce qu’elles lui inspirent ! Pour ma part, j’ai été fasciné par la description de la première nouvelle : Le faste des morts les autres histoires ayant été plus ou moins développées, et avec un égal talent, dans d’autres ouvrages. Ôé n’avait que 22 ans lorsqu’il a écrits ses nouvelles, ce qui montre une maturité, une finesse d’esprit, une sensibilité extrême, que l’on retrouve montrées dans la perméabilité des sentiments éprouvés par ses différents personnages, au gré des situations vécues. 


22 mai 2016

Nous irons ensemble - François-Xavier DAVID

1461139_10201711529403776_1001120385_nQuatrième de couverture :

 "Tu es venu, sans me prévenir, c'est drôle comme il m'est plus facile de t'écrire, alors que, lorsque tu es là, près de moi, je suis incapable de te parler. [...] Je n'ai jamais descendu des escaliers aussi vite, je n'ai même pas fait attention à la façon dont j'étais vêtu, alors que ma belle-soeur était au dehors; juste un caleçon court de coton blanc et un polo de la même couleur, même si octobre a déjà presque fini son parcours, il ne fait pas si froid! Et tes bras m'ont tenu chaud, tout de suite, j'étais bien."

Editions : Sté des Ecrivains : ISBN Numérique : 9782342016109 - Prix livre papier broché ; 25,95 euros, 518 pages - Prix ebook 12,99 euros.


 
Critique journalistique

Un roman épistolaire très riche, couvrant une période de l'histoire prolifique en événements historiques. Cet aspect, auquel il faut ajouter la sexualité et l'identité des deux protagonistes, donne tout son intérêt au récit. Le choix, surprenant au début, du format de la correspondance, permet ici l'expression directe des sentiments et de l'émotion, qui affleure alors de façon presque palpable à chaque page. Au final, "Nous irons ensemble" déborde d'un humanisme héroïque, et on se laisse très vite prendre par l'émouvante histoire de ces deux jeunes hommes.
 
Mon avis : Volodia

C’est avec bien du retard que je me décide à mettre mon ressenti sur ce livre qui pour cet auteur est le premier et qui en attend des retours avec anxiété.

Au premier abord, je me suis demandé si j’aurais le courage de l’ouvrir et surtout de le lire en entier compte tenu du pavé : + de 500 pages quand même, doublé de la crainte d’avoir à lire un livre, dont on ne dit rien, non qu'il soit mauvais, mais plus simplement médiocre et sans intérêt. De plus, une fois lu, je me suis posé la question de savoir comment mettre mes impressions de façon honnête. Sans me laisser influencer par ma sympathie, mon amitié (même virtuelle) vis-à-vis de l’auteur. Sans l’encenser, ni pour autant livrer son livre aux gémonies s’il ne m’a pas plus. Le peiner, le froisser, voire le blesser par un avis (et non, je le précise une critique, car qui suis-je, moi ? pour juger du travail intellectuel et imaginatif d’un auteur), marquant une éventuelle déception. Rendre compte sincèrement d’un premier travail d’écrivain pour lequel il a « planché dur ».

Comment rendre compte d’un livre sans en dévoiler, même partiellement le contenu ? Désolé mais je me sens obligé d’en passer par là. Ce roman, s’étend sur une période allant de la première guerre mondiale à un peu plus loin que la fin de la seconde guerre mondiale.

François-Xavier David nous conte en premier lieu, l’histoire de deux hommes : L’un juif d’origine allemande : Lior, l’autre français et catholique : Julien. Ils se rencontrent sur un champ de bataille pendant la 1ère guerre mondiale. Lior combattant dans l’armée française est blessé et Julien séminariste est infirmier. Un attachement se crée sans que Lior dévoile le sentiment plus profond qu’il ressent pour Julien. A la fin de la guerre nos deux héros qui ont tissé des liens d’une sympathie assez poussée restent en contact et c’est tout « naturellement » que celle-ci se transforme en amitié, puis en amour. Donc ce livre mérite d’être placé dans le rayon  sentimental « gay ».  Bien que ce ne soit pas que cela.

Dès ces premières pages j’ai un peu tiqué. En effet, s’il  est tout à fait concevable qu’un juif et un séminariste se retrouvent sur le  champs de bataille, il l’est un peu moins quant à leur amitié. En effet, compte tenu de l’époque et de l’éducation de l’un comme de l’autre (les juifs étant élevés dans la méfiance des goys et les séminaristes dans celle des juifs; N’oublions pas qu’à l’époque on enseignait que les juifs avaient tué le Christ, et donc se justifiait la notion de peuple traite et honni). De plus, au début du siècle flottait encore dans l’air des relents d’antisémitisme non seulement de principe mais dus également à l’affaire Dreyfus (1894 – 1906) même si celui-ci avait été innocenté.

Par ailleurs, il m’a été assez difficile de dissocier la façon de parler de Lior et de Julien tant leurs expressions paraissaient semblables. Dans les premières pages, c’est surtout Lior qui parle et ce qu’il dit, je l’aurais plutôt mis dans la bouche de Julien. Mais bon …L’idée de nous présenter l’histoire et ses protagonistes par des échanges de lettres, adressées aux uns et aux autres est originale et permet une lecture aérée, et plus qu’agréable du récit tout en séparant distinctement les évènements.

Au fil des pages nous faisons connaissances avec les familles respectives, et les amis de ces jeunes gens, qui là, se montrent plus que tolérantes envers une amitié qui les faisaient qualifier à l’époque et par la Société d’infâmes. Ce qui en 1929 me paraît hautement improbable surtout dans les milieux ou ils ont grandi. Déjà qu’à notre époque mariage mixte, plus homosexualité ça pose problème alors à l’époque, je n’ose l’imaginer.

Toujours est-il que c’est la vie de ces deux hommes entre les deux guerres et à travers eux, celle de leur famille qui nous est contée avec beaucoup de péripéties, d’évènements heureux mais le plus souvent malheureux (hum peut être un peu trop de mélo qui font douter, que dans une vie même très dense, une telle sucession d’évènements funestes soient possibles), mais avec beaucoup de sensibilité, de profondeur de sentiments : qu’ils soient amoureux ou simplement de tendresse, de gentillesse envers les uns comme avec les autres. De prise en compte de l’opinion et du ressenti d’autrui parfaitement évoqués, dans une écriture déliée, magnifique de simplicité, mais oh combien, riche en émotions.

Alors bien sûr il y a de petites erreurs, la rue Cambon se trouve dans le 1er arrondissement et ne fait absolument pas le prolongement de la rue du Bac qui elle, se situe dans le 7ème arrondissement de Paris. Mais l’auteur qui n’est pas Parisien est tout à fait excusable.

En 1923 il n’existait pas à Paris d’école, et encore moins de cours du soir gratuits pour les étrangers qui souhaitaient apprendre le français, surtout pour les juifs qui même si cela avait existé, arrivaient chassés de l’Est par les pogroms avec femme et enfants et dont les préoccupations premières étaient surtout trouver de quoi se loger et du travail pour se nourrir. Difficile également pour eux de posséder un magasin de tissu rue du bac qui déjà à cette époque était une rue résidentielle en plein quartier goy et catholique.

D’autres improbabilités également : En 1941, Lior écrit à sa sœur en lui racontant qu’un de ses amis est « résistant « . Allant même jusqu’à lui donner le nom du réseau. Déjà l’acheminement du courrier par la poste était aléatoire, celui-ci pouvant être ouvert par n’importe qui, autorité ou erreur de destinataire,  Il était plus que très dangereux et non recommandé de se confier ainsi. D’autant plus mentionner, le nom d’un réseau de résistance,  c’est une hérésie qui frise l’inconscience d’autant que les noms des fameux réseaux n’étaient connus que des participants et encore pas de tous, certains ne connaissaient que leur proche contact.

Pour Yaâquov le cousin de Lior, arrivé en France. Impossible de tenir un commerce pendant la guerre et même de circuler. Les juifs étrangers et d’autant plus allemand ont été internés dans des camps  d’apatrides d’abord en 1940 puis de concentration en 1941.

Par ailleurs, Jurguën tombé amoureux d’un juif allemand, engagé dans la gestapo, pour combattre le régime nazi de l’intérieur et sauver des personnes. Hum, difficile à croire, quand on sait que la quasi-totalité du peuple allemand était pour Hitler qui les avait sorti de la crise économique de 1922, en offrant du travail à ceux qui s’inscrivaient au parti, un logement et diverses aides sociales. Que les juifs étaient mis au ban de la société allemande depuis 1933 et que pour entrer dans la Gestapo qui était la police secrète allemande, il fallait déjà avoir fait ses preuves et montrer fidélité au régime.

Sur la situation des déportés au triangle rose, l’auteur s’est plus servi de ce qui se dit au niveau lgbt,  sans faire à mon sens un véritable travail de recherches personnelles. De plus lorsqu’une personne s’évadait d’un camp, après la torture utilisée pour faire avouer les complices, la mort par exécution publique s’ensuivait automatiquement. De même les grandes marches lors de la « l’évacuation des camps », personne n’était abandonné en arrière. Une balle dans la nuque réglait son compte au malheureux afin de ne pas laisser de témoin. Car l’objectif de ses marches de la mort était de ne pas laisser de trace, ne pas laisser de témoins des atrocités commises afin qu’on ne puisse rien reprocher au peuple allemand.

J’ai bien d’autres digressions  à formuler mais le but n’est pas là, rétablir des vérités dans ce livre qui se présente comme un roman est tout aussi déplacées que les incongruités qu’il soulève. Car oui, l’auteur le précise c’est un roman, même s’il n’est pas vraiment classable dans cette catégorie puisqu’on y trouve de l’amour, des rebondissements presque à suspens, des faits historiques rigoureusement exacts pour certains et d’autres qui le sont moins, de l’inceste et de la folie. Ce livre est passionnant, riche culturellement mais également dans sa vision d’autrui, d’espoir et de confiance en l’humain. La fin m’a fait penser à un film qui s’intitulait les eaux mêlées, tiré du livre de Roger Ikor… !

Ce livre est classé lgbt, mais peut être lu par tout un chacun, tellement ce livre est beau et bien écrit .il s’en dégage beaucoup de sensibilité, de délicatesse, loin de toutes allusions et descriptions scabreuses qui malheureusement alimentent la plupart des livres de cette catégorie. Je me suis plongé dans ce livre et n’ai pu relever mon nez qu’une fois achevé. Je souhaite à François Xavier une belle carrière d’écrivain, même si elle est difficile à mener.

Posté par chezVolodia à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 mai 2016

Onysos le Furieux - suivi du Tigre bleu de l'Euphrate - Laurent Gaudé

onysos le furieux

Quatrième de couverture :

Assis sur un quai de métro New Yorkais, un vieillard entame le récit de sa vie : de sa naissance dans les monts Zagros à la prise de Babylone, de sa fuite en Egypte à son arrivée dans la cité d’Illion, son existence fut une succession de pleurs et de cris de jouissance, d’orgies et d’incendies. Mi-homme, mi-dieu, Onysos se rappelle, le temps d’une nuit, à la mémoire des hommes. 

Alexandre va mourir. Après avoir vaincu le grand Darius, après avoir construit des villes et fondé un immense empire, le voici terrassé par la fièvre. Sans peur, il contemple la mort et l’invite à entendre ce que fut son épopée, aiguillonnée par son désir de ne jamais interrompre sa course vers l’inconnu, de rester fidèle à cette soif intérieure que rien ne peut étancher. 

Ces deux textes au croisement du récit, du monologue théâtral et du poème signent l’attachement de Laurent Gaudé à l’épopée antique – qu’elle soit mythologique ou historique – en composant deux figures de héros magnifiques confrontés à la fin, à la perte, au temps. 

Editions : Babes – ISBN :9 782330 039417 – Poche : 139 pages – Prix : 6,80 €

 

Mon avis : Volodia 

Il s’agit en réalité de pièces de théâtre, mais s’agissant de longs monologues, cela ne m’a guère gêné dans ma lecture, d’autant qu’elles sont merveilleusement bien écrites et empreintes d’une grande poésie. Bref, j’adore !

Onysos le Furieux :  

Vieux, le visage sale, maigre et crasseux, Onysos installé sur le quai d’un métro de New York s’adresse à celui qui l’observe. Dans un long monologue, aux allures épiques, il emonter le fil du temps, traverser les millénaires, et retrouver la ville de Tepe Saras là où tout a  commencé. Il va évoquer sa vie pleine de fureur et de violences, mais également de douceur. Au fur et à mesure de l’avancée de son récit, dès qu’une oreille attentive l’écoute, les rides de son visage s’estompent, son torse et ses membres retrouvent leur vigueur. 

Engendré par le maître des Dieux, et à peine sorti du ventre de sa mère Ino, le nouveau-né est massacré et démenbré par un groupe d’hommes qui ont ensuite dévoré sa chair. Ayant oublié de se repaître de son cœur, Yonisos renaît prêt à se venger.  Désormais, il détruira tout sur son passage. 

New York représente la nouvelle Babylone avec ses murs de métro détrempés, ses affiches déchirées et ses détritus jonchant le sol. Dans ce récit à double sens, on retrouver par instants l’homme d’aujourd’hui et celui d’hier, toujours paria et dieu des laissés pour compte, mais qui saurait aujourd’hui encore, faire trembler le monde.

 

Le Tigre de l’Euphrate : 

Monologue évoquant les derniers instants d’un conquérant qui a soumis une grande partie du monde connu, à 27 ans pour mourir à 33. 

Alexandre voit défiler sa vie, ses conquêtes, son rêve de grandeur. Il interpelle la mort qui l’écoute revivre une dernière fois l’ivresse de ses épopées, et évoquer, ses choix, ses regrets.  

laurent gaudé

A propos de l’auteur 

Romancier, dramaturge né en 1972, Laurent Gaudé a reçu en 2004 le prix Goncourt pour son roman « Le Soleil des Scorta ». Son œuvre traduite dans le monde entier, est publiée par Actes – Sud. 

Posté par chezVolodia à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

02 mai 2016

Héloïse, ouille ! - Jean Teulé

9782260022107

Quatrième de couverture : 

Ile de la Cité, 1118. Théologien et dialecticien acclamé, Abéléard était promis, aux dires de tous, aux honneurs de Rome. Chargé par le chanoine Fulbert de veiller à l’éducation de sa nièce, la moins candide qu’il n’y paraît Héloïse, le sae professeur prendra ses devoirs plus qu’à cœur – à corps, et à cris. Au programme : foin de grammaire ni de latin ! Rien de moins que l’amour, l’amour fol, absolu. Hors pair (e). 

 

Editions : Pocket – ISBN : 9 782266 263146 – Poche : 309 pages – Prix : 6,95 euros.

 

Mon avis : Volodia 

Hum, beaucoup de surprises en lisant ce nouveau de roman de Jean Teulé, quoi que le titre à lui seul aurait dû suffire à attiser ma curiosité et me mettre sur la voie. 

Voilà la magnifique histoire d’amour d’Abelard et Héloïse transformée sous la plume de l’auteur en roman pornographique avec  : Abelard, en vieux bouc pervers, et sa scolare Héloïse, en hypocrite et à la fois innocente rouée. 

J’ai toujours apprécié le style de l’auteur de faire revivre en racontant de façon plaisante et ludique, les grandes histoires du Moyen Age. Aussi dois-je avouer qu’en lisant ce récit j’en suis resté pantois et un peu perplexe, déçu serait un mot trop fort. Raconté et illustré au propre (le livre comporte des eaux fortes assez  licencieuses) comme au figuré de façon rabelaisienne. 

Toutefois, l’humour sauve « les meubles » et qui d’autre mieux que Jean Teulé aurait pu nous bailler ce récit avec une telle verve, transformant celui-ci en Comédia-Del-Arte.

Posté par chezVolodia à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 avril 2016

Les dépossédés - Steve Sem-Sandberg

Les dépossédésCréé en 1940 le ghetto de la ville de Lodz, le plus grand de Pologne, survécut jusqu'en 1944 alors que les nazis avaient prévu d'en exterminer la population en moins d'un an.

Ce sursis est dû à la personnalité d'un seul homme Mordechaïm Rumkowski, Président du Conseil Juif. Convaincu que si les juifs se rendaient indispensables à l'effort de guerre allemand, ils seraient ainsi épargnés.

Rukowski transforma le ghetto en une cité ouvrière hyper-productive. Pris au piège de sa logique, il sacrifia les inadaptés, et les indésirables (malades, veillards, enfants). Il se mua ainsi, consciemment ou non, en un très efficace rouage de la machine d'extermination nazie. 

Pour  écrire ce roman, l'auteur s'est inspiré des archives du ghetto de Lodz. Y étaient collectés quantité de faits officiels mais aussi d'informations interdites cachées par les résistants (jounaux intimes, tracts, bulletins de guerre alliés, cartes militaires.

Editions : Robert Laffont pour "Pavillons" - ISBN : 9 78 2221 1160 12 - Broché - Prix : 22 euros.

 

Mon avis : Volodia

J'ai trouvé ce livre non seulement très intéressant mais également très bien documenté. Nous avons toutes les pièces nous permettant de situer et de comprendre les rouages de fonctionnement des ghettos (je dis des, car celui de Lodz fut le précurseur de ce qui allait se passer dans tous les autres).

Malgré tout, je vais me faire l'avocat du diable. En cause dans ce livre, l'attitude semble-t-il arrogante et suffisante de Chaïm Rukowski et de son extrême "servilité" vis à vis des Allemands. La tenue de discours particulièrement insupportables demandant aux parents de livrer leurs enfants, et leurs vieillards considérés comme improductifs. Ainsi que bien d'autres faits qui lui sont reprochés.

Au jour d'aujourd'hui et avec ce que nous savons eu égard à ce qui se passait dans les camps, il est facile de s'ériger en juge. Mais en 1942, si beaucoup connaissaient l'existence des camps (juifs et non juifs j'insiste, des cartes postales circulaient en Europe occupée et les soldats parlaient à leur retour chez eux), seul un petit nombre savait ce qui s'y passait réellement. Par ailleurs, même si Rukowski était tout puissant, il lui fallait l'accord du Conseil Juif pour prendre toutes ses décisions et le Judenrat avait voté avec le personnel médical du ghetto à 90 % l'abandon des enfants et des vieillards improductifs dans le but, illusoire on le sait maintenant, de sauver le plus de juifs restants.

Compte tenu de la famine, de la maladie, des brimades et des tortures journalières qui régnaient dans le ghetto, qu'est-ce qui était le plus dur pour des familles ? voir leurs proches mourir à petits feux ou une mort directe ? Aucune solution n'est acceptable, mais la seconde pourrait paraître plus supportable. On peut toujours penser que la guerre prendra fin bientôt, mais  quand le bientôt dure trop longtemps...

Il faut également ne pas oublier que toutes ces populations juives venaient de milieu très divers et que la majorité d'entre-elles qui venaient du prolétariat étaient extrémement pauvres et déjà épuisées du fait des discriminations naturelles envers les juifs (déjà en 1930)  bien avant l'anchluss, puis leur pauvreté fût pendant et après par lui en 1938 lorsqu'elles furent réduites à la misère sociale organisée (saisie de leurs outils de travail, interdiction de vendre à des non juifs quelques marchandises que ce soit, etc...) jusqu'à l'enfermement dans des ghettos où là encore, elles eurent à subir des vols, de l'exploitation etc...C'est cette population exangue que Rukowski s'est efforcée de sauver, et peu importe les moyens employés dussent-ils être insurportables et intolérables et dût-il s'avillir aux yeux des allemands comme de son peuple.

Je ne justifie pas sa mégalomanie, ni sa pédophilie avérée, ni ses autres monstrueux défauts. J'essaye de réfléchir et faire la part des choses. Il semble établi que sous la direction de Rukowski la distribution de vivres se soit faite équitablement à tous. Que des activités éducatives et culturelles se soient développées clandestinement, mais qu'également et même si cela paraît dur, les méthodes appliquées aient assurées la survie du ghetto jusqu'en 1944. 

On oublie également que le Judenrat, la police du ghetto (dont les membres étaient des chrétiens convertis) et les chefs d'ateliers étaient eux-même en sursis et qu'à l'intérieur du ghetto chacun essayait de sauver sa peau comme il le pouvait. J'ai bien conscience que cela n'excuse pas tout, mais quand même, si un membre d'une famille avait une place dans l'administration ghetto, il était compréhensible qu'il en fasse profiter les autres, ou des proches ou des amis. Dans ces cas là, l'homme reste un homme chacun pour soi et Dieu pour tous. Il n'y a plus de peuple élu, seulement des malheureux et des miséreux qui ne savent à qui se vouer. De plus, est-il préférable de voir les membres de sa famille agoniser par la faim, la maladie, la torture, plutôt qu'un mort que l'on savait rapide ???

 

Rukomski propos de l'auteur :

Steve Sem-Sandberg est né en 1958 et vit entre Stockholm et Vienne. Romancier, il est également critique littéraire pour le quotidien suédois Dagens Ny-bakker.

En 2009, il a été récompensé par le Grand Prix De Nios pour une "oeuvre littéraire remarquable, caractérisée par sa dimensiion intellectuelle, sa précision historique et sa profondeur psychologique".

 

Posté par chezVolodia à 18:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mars 2016

Récits de Kolyma - Varlam Chalamov

011Varlam Chalamov est, avec Soljénitsyne, le plus grand écrivain russe des camps staliniens. Il y a passé ving-deux ans. Dans d'autres circonstances, il eût été, tout simplement, l'un des plus grands écrivains russes...

Il est né en 1907. Arrêté pour la première fois en 1929, étudiant à l'université de Moscou, il est condamné à cinq ans de camp. Après avoir purgé sa peine, il est de nouveau condamné à cinq ans et envoyé, au début de 1937, dans les camps de Kolyma. Sa peine est prolongée à plusieurs reprises et, il n'en sortira qu'en 1953, année de la mort de Staline. Abandonné par sa famille, il sombre dans la solitude pour finir, malade, dans un asile de vieillards. Transféré brutalement dans un hôpital psychiatrique de Moscou à la fin de 1981, il y meurt quelques jours plus tard.

 

Mon avis : Volodia

Les Récits de Kolyma constituent le témoignage le plus bouleversant écrit sur la vie dans les camps soviétiques. 

Chalamov est aux antipodes de toute la littérature qui existe sur les camps. Il est aussi impitoyable à l'égard du lecteur, semble-t-il, que la vie l'a été à son égard et à celui des gens qu'il décrit. Et que Kolyma. D'où un sentiment d'authenticité, d'adéquation du texte au sujet. En cela réside la supériorité particulière de Chalamov par rapport aux autres écrivains. Il écrit comme s'il était mort.

Posté par chezVolodia à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,