09 novembre 2011

Zebunissa - Annie Krieger-Krynicki

ZebunissaQuatrième de couverture :

Née au coeur des Indes en 1638, la princesse Zebunissa fut une contemporaine de Louis XIV. Fille d'un souverain, le Grand Moghol Aurang Zeb, elle grandit dans un faste qui éblouissait les visiteurs étrangers. Dans cette cour moghole raffinée et cruelle, elle devint célèbre par sa beauté et son érudition. Protectrice des poètes et des soufis, poète, elle-même, Zebunissa dépassa ses rivaux par l'originalité de son inspiration sensuelle et ardente. Toute sa vie elle chercha l'absolu de l'amour physique et mystique, avec obstination, passion et violence.

Mêlée aux intrigues pour la conquête du pouvoir, entraînée par son frère préféré, l'ambitieux Akbar, dans une conspiration désastreuse contre leur père, devenu despotique et intolérant à l'égard des Hindous, elle fut enfermée dans l'îlot-forteresse de Salimgarth. Par une étrange fatalité, sa prison n'était séparée que par un bras de la rivière Yamuna du palais de Delhi dont son amant infidèle était devenu le gouverneur. Dans l'attente exaspérée de sa délivrance, le coeur en pièces dans sa poitrine, elle lança vers lui les cris d'amour les plus passionnés et les plus désespérés de la littérture.

Sous le nom de plume de Makhfi ("la cachée"), elle devint aussi célèbre que Louise Labbée ou Marceline Desbordes-Valmore en France. Ses vers, qui chantent le désir inlassable, le plaisir, l'amour trompeur, les roses ensanglantées et la fatalité, flottent aujourd'hui sur les lèvres des femmes de l'Inde et du Pakistan.

Editions : Mercure de France - ISBN : 2 7152 1617 3 - Broché 343 pages - Prix : 125 frs

Mon avis : Indiangay

J'ai beaucoup aimé ce livre qui faire revivre sous nos yeux les fastes des plus grandes Cours Mogholes qui étaient alors à leur apogée telles celles de Lahore, Lucknow. Fin stratège, Aurang Zeb a su pacifier les états et régions qu'il occupait en faisant des alliances avec les mâhârajas régnants. Prenant pour lui-même, et donnant pour épouses à ses fils des princesses indhues.

Les indhus était à cette époque trop occupés à se faire la guerre entre-eux de régions à régions pour mettre en place une politique commune qui aurait pu repousser ces envahisseurs venus d'afghanistan.

Cette histoire romanesque qui se déroule à la cour du grand moghol, en plus de nous faire participer aux destins des Nawabs et à celui de Zébunissa, nous montre qu'en plus d'être de grands guerriers et pour certains des mystiques, ils s'attachaient aussi à être des mécènes pour les arts et les lettres, sans compter leur don pour l'architecture (canaux d'irrigation, le Taj Mahal, Fatepur Sikri, etc).

A l'intérieur de cet ouvrage  figurent des  cartes qui permettent de voir comment se décomposait le pays à cette époque : les royaumes, les sultânats. Sont mentionnés les zones de guerre, les territoires conquis. Par ailleurs, une généalogie des Grands Moghols est représentée ce qui est me semble-t-il indispensable pour les situer dans la bonne époque.

Nous voyageons dans le temps, de façon ludique car ce livre à le mérite de n'être pas seulement une leçon d'histoire ce qui aurait pu vite devenir fastidieux. J'en ai trouvé l'écriture agréable.

Posté par Indiangay à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


04 février 2010

Le royaume des Bégums - Shaharyar M.Khan

001Comment, au coeur de l'empire des Indes britanniques, à Bhopal, quatre générations de femmes musulmanes ont-elles réussi à tenir les rêne du pouvoir pendant plus d'un siècle ? L'un de leurs descendants raconte ici l'incroyable histoire de ces quatre bégums qui, déjouant les préjugés, les intrigues de leurs cousins et les tentatives d'assassinat, régnèrent de plein droit dans l'un des plus Etats princiers Musulmans.

Dignes héritières du noble afghan qui avait fondé cet Etat en profitant du chaos de l'Emire des Grands Moghols, les deux premières bégums de Bhopal, Qudsi et sa fille Sikandar, rejetèrent le voile et prouvèrent à leurs rivaux qu'elles étaient capables e gouverner aussi bien que des hommes. Sikandar, qui chevauchait à la tête des armées pour impressionner ses ennemis, modernisa l'Etat, créa une assemblée législative et ouvrit des écoles pour filles. Tout cela ne l'empêchait pas d'aller chasser le tigre ou de jouer au polo contre les Anglais... Plus féminine, la bégum Shajehan mena d'abord joyeuse vie à la cour de Bhopal et se prit de passion pour la musique et la poésie. Puis, subjuguée par son second mari, elle lui laissa les affaires du pouvoir et reprit le voile, au grand dam de sa grand-dmère.

Cette dynastie de femmes illustres s'achève avec la bégum Sultan Jahan. Elle se forgea une image de souveraine puissante et fit de Bhopal un havre de paix à une époque où les Britanniques s'efforçaient de diviser pour régner. Elle vint en Europe où elle suscita une immense curiosité, puis abdiqua en faveur de son fils en 1926, après avoir joué un rôle de pionnière en matière d'éducation et d'émancipation des femmes musulmanes.

Shaharar M.Khan, descendant en ligne directe de la dynastie de Bhopal, a mené une longue carière de diplomate. Il a été notamment ambassadeur du Pakistan en Grande-Bretagne, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères du Pakistan, représentant du secrétaire général des Nations Unies au Rwanda, puis ambassaeur du Pakistan en France.

 

Posté par Indiangay à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,